L’insertion par l’activité économique

Le travail, un élément essentiel pour l’intégration de chacun dans la société.

.

Comprendre l’IAE = Insertion par l’Activité Économique

L’IAE est un dispositif légal. Il permet à des structures agréées par l’État de proposer des contrats de travail à des personnes qui rencontrent des difficultés d’accès au marché du travail. Ces freins, d’ordre professionnel ou social, font l’objet d’un accompagnement spécifique par les conseillers et encadrants d’insertion au sein des structures employeuses.

Quel cadre légal ?

Une fois l’agrément obtenu, il permet aux structures de l’IAE (SIAE) d’employer les personnes en situation de précarité, de les rémunérer grâce au soutien financier de l’État, des Départements, des Fonds Européens ou encore des fondations privées. Les missions des structures et leur cadre d’intervention ont été fixés par la loi d’orientation relative à la lutte contre les exclusions de 1998 et la loi de cohésion sociale de 2005.

Quel fonctionnement ?

Les activités économiques des SIAE consistent en la vente de biens, de services ou encore la mise à disposition de personnel. Une part d’auto-financement vient donc s’ajouter aux subventions, dont la proportion est plus ou moins importante selon la nature des structures.

Les activités commerciales des SIAE déterminent la nature des postes de travail occupés par les salariés en parcours d’insertion. Leur projet professionnel peut, toutefois, se situer dans une autre branche professionnelle.

Quels publics ?

Les personnes que nous recrutons en contrat d’insertion rencontrent des difficultés d’ordre professionnel et social qui entravent leur accès au marché de l’emploi dit « classique ».

.

L’ACCOMPAGNEMENT SOCIO-PROFESSIONNEL

Les Astelles proposent un contrat de travail CDDI aux publics éloignés de l’emploi (Contrat à Durée Déterminée d’Insertion, entre 2O heures et 35 heures par semaine).

Les salariés en insertion sont intégrés à l’effectif de l’entreprise et bénéficient ainsi des conditions de travail de l’entreprise comme environnement de formation et de renforcement des capacités, ils acquièrent les compétences et un rythme de travail correspondant aux exigences du marché « classique ».

Ils bénéficient d’un accompagnement socio professionnel individualisé réalisé de concert par des Conseillers en Insertion Professionnelle et des Encadrants Techniques.

 L’organisation du travail comporte des aménagements

  • Travail à temps partiel qui permet une reprise progressive de l’activité, le temps libre laissant de l’espace pour les démarches administratives, la gestion du quotidien
  • Accompagnement socio-professionnel

.

L’accompagnement socio-professionnel permet :

  • L’identification des freins périphériques qui entravent le retour à l’emploi (problématiques sociales, santé, mobilité etc.)
  • L’élaboration d’un projet professionnel en cohérence avec les compétences acquises ou accessibles et le marché du travail
  • La mise en œuvre d’actions de formation complémentaires (savoirs de base, remise à niveau, CQP, CCP, SST etc.)
  • L’accompagnement aux Techniques de Recherche d’Emploi

L’encadrement technique sur le poste de travail permet aux salariés en parcours d’insertion de renouer avec :

  • Le monde de l’entreprise et ses exigences
  • Le travail en équipe
  • L’application des consignes
  • Les savoir-être en entreprise
  • L’évaluation, la valorisation et le développement des compétences.

L’intention des Astelles est donc de travailler à la mise en place d’une démarche complémentaire et innovante qui doit permettre de construire des passerelles vers l’emploi et la formation qualifiante en tissant un lien de proximité avec les différents acteurs. « Notamment en s’appuyant sur un réseau d’entreprises sensibilisées à l’accueil et à l’embauche de salariés en situation d’insertion professionnelle et professionnelle. »

.

ÉVALUER LA QUALITÉ DU TRAVAIL DE L’ENTREPRISE D’INSERTION

.

Afin d’obtenir des financements, les Astelles doivent justifier de leurs actions sociales et de leurs résultats auprès des pouvoirs publics qui instaurent des objectifs en matière d’insertion lors du conventionnement des structures. Ces aides sont versées suite à l’évaluation de leurs résultats, et plus particulièrement à partir de trois critères :

Ce taux est défini par la notion de sorties « dynamiques ». Une sortie dynamique se décline en  trois cas :

Les indicateurs de résultats à atteindre à l’issue du parcours sont évalués régulièrement en étroite collaboration avec les représentants de l’État et du département de la Somme.